Les artisanes de la pierre ornementale à Zouerate contribuent à l’impulsion du développement

Le regroupement des artisanes de la pierre ornementale à Zouerate, dit « Regroupement de la Sécurité », qui est une coopérative féminine, illustre la femme productive qui parvient à participer efficacement au développement socioéconomique du pays, en plus de sa contribution à résorber le chômage et à fournir un revenu à des familles vulnérables.

A force de volonté, de fermeté et de persévérance, elles ont pu transformer la pierre en produit précieux de parure féminine au rendement économique intéressant.

C’est ce qu’affirme la vice-présidente du regroupement, Fatimetou Mint Mohamed Ould El Hassen, lors d’une rencontre avec le représentant de l’Agence Mauritanienne d’Information au Tiris Zemmour. La coopérative a été constituée en 2005 et regroupe 43 femmes.

Leur activité consiste à traiter la pierre à l’état brut pour en faire une pierre précieuse, donc un bijou de parure féminine. La pierre fait d’abord l’objet de recherches opiniâtres dans les déserts rocailleux du Tiris Zemmour, surtout les zones d’Anajim, de Laagareb et Touajil, à une distance allant de 90 à 300 km de Zouerate. En général, une dizaine de femmes membres du regroupement partent en expédition, à bord d’un véhicule de location pour la prospection de pierres convenables aux parures féminines. Les pierres sont collectées sur le sol, des fois il faut creuser ou écarter des roches pour les trouver.

Bref, la prospection est fatigante, d’autant que seule une partie de la quantité brute de pierres est retenue, après sélection de celles qui conviennent comme parures.

Elle a ensuite exposé les étapes de l’apprêtement de la pierre : concassage, lavage, perçage, polissage au siège de l’association. Ces opérations exigent des heures de travail pour aboutir à une seule pierre, en raison des moyens rudimentaires utilisés. Ces pierres servent, au final, de bijoux, de colliers, de porte-clés, de chapelets. Elles sont prisées de touristes. Les médias sociaux offrent une opportunité de commercialisation large.

Les femmes sont fières de la rentabilité des pierres ornementales, d’autant que certaines ont pu se construire des maisons grâce à leurs recettes.

Elle demande aux femmes mauritaniennes de se départir des mentalités rétrogrades qui confinent la femme à l’espace familial au lieu de participer au développement du pays.

Les artisanes du regroupement « Sécurité » ont pris part de nombreuses fois au festival des villes anciennes et ont recueilli la satisfaction des visiteurs par leurs produits compétitifs qui n’a rien à envier à ceux des pays étrangers.

Évidemment, la pandémie de Covid 19 a eu un impact sur le commerce de pierres précieuses et semi-précieuses. Elle demande par conséquent de l’aide, pour bénéficier des interventions de l’Etat visant à atténuer les impacts de la pandémie.

Elle a décliné les doléances des femmes du regroupement:
– des équipements modernes afin d’augmenter leur productivité;
– octroi d’un terrain;
– construction d’un siège et des ateliers équipés;
– participation aux foires et expositions internationales afin de leur permettre de commercialiser leurs produits;
– formations et échanges d’expériences dans le domaine.

A.M.I.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *